Rubrique
Brèves

Logan Nisin, fondateur du groupuscule OAS condamné à 9 ans de prison

Logan Nisin, fondateur du groupuscule d’ultradroite Organisation des armées sociales (OAS) a été condamné à neuf ans de prison mardi 12 octobre pour des projets d’attentats lors du premier procès pour terrorisme d’ultradroite en France depuis 2017. Cinq autres prévenus, âgés entre 23 et 33 ans, ont également été reconnus coupables “d'association de malfaiteurs terroriste”. Une peine de 8 ans de prison avec mandat de dépôt a notamment été prononcée contre Thomas Annequinn, le numéro deux d’OAS. Le parquet avait de son côté requis dix ans d’emprisonnement pour Logan Nisin. “Loin d’un projet politique fantasmé, la nouvelle OAS a été conçue en calquant la structure de l’Organisation armée secrète de 1961”, a estimé le président de la chambre en lisant son jugement.

“Dans ce dossier, tout atteste de l’imminence du passage à l’acte, l’OAS a été créée comme une armée de défense prête le cas échéant à déstabiliser les institutions, à fracturer le corps social”, a poursuivi le magistrat. Il a également rappelé que l’OAS a lancé des “appels à la rébellion” et des “incitations à tuer”Pendant les deux semaines du procès, les membres du groupe ont assuré qu’ils ne seraient jamais passés à l’acte, en renvoyant la responsabilité à son fondateur Logan Nisin. “Leur responsabilité personnelle ne saurait être diluée dans une stratégie globale désincarnée : ils ont tous, et collectivement, incarné l’OAS”, a jugé le tribunal, les reconnaissant ainsi tous coupables. La décision du tribunal correctionnel de Paris était très attendue, le dossier OAS étant le premier à être jugé sur les sept enquêtes ouvertes par le Parquet antiterroriste depuis 2017 concernant des projets d’attentats d’ultradroite. Depuis 2017, 48 personnes ont été mises en examen par le parquet antiterroriste dans des projets d’attentats imputés à l’ultradroite.

Gabriel Dumenil, l’avocat d’un des condamnés, a décrit un “jugement sévère”. “La qualification juridique, notamment de terrorisme, n’apparaît pas du tout aussi claire. Il s’agit d’un jugement qui a été rendu pour marquer une position jurisprudentielle s’agissant de procès à venir”, a-t-il déclaré à l’AFP. Les condamnés et le parquet ont désormais dix jours pour faire appel.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.