Rubrique
Actualités

Changement climatique : Le manchot empereur est gravement menacé d’extinction

L’empereur parcourt la toundra gelée et les mers froides de l'Antarctique. Le plus grand manchot du monde et l'une des deux seules espèces de manchots endémiques de la région, accouche pendant l'hiver. Ce dernier a besoin d'une mer de glace solide, d'avril à décembre, pour pouvoir couver. Si la mer gèle plus tard ou fond prématurément, la famille empereur ne peut pas achever son cycle de reproduction, qui est le plus long parmi les manchots. Après la naissance d'un poussin, l'un des parents continue de le porter entre ses pattes pour le réchauffer jusqu'à ce qu'il développe son plumage définitif.

« Si l'eau atteint les manchots nouveau-nés, qui ne sont pas prêts à nager et n'ont pas de plumage imperméable, ils meurent de froid et se noient », déclare la biologiste Marcela Libertelli, qui a étudié 15 000 manchots dans deux colonies en Antarctique à l'IAA. 

Un poussin manchot réchauffer par l’un de ses parents. © Pixabay - MemoryCatcher

Un avenir sombre présagé par les scientifiques

Si à l’avenir le changement climatique n’est pas atténué, toutes les espèces de manchots vivants en Antarctique risque de s’éteindre. C'est ce qui est déjà arrivé à la colonie de Halley Bay, dans la mer de Weddell. Pendant trois ans, tous les poussins sont morts au sein de la deuxième plus grande colonie de manchots empereurs. « Les projections suggèrent que les colonies situées entre les latitudes 60 et 70 degrés disparaîtront dans les prochaines décennies », explique Marcela Libertelli à Reuters.

« La disparition de toute espèce est une tragédie pour la planète. […] C’est une perte pour la biodiversité », dénonce-t-elle.

De plus, la biologiste de l’IIA ajoute que la disparition du manchot empereur pourrait avoir un impact dramatique dans tout l'Antarctique. « C’est un environnement extrême où les chaînes alimentaires ont moins de membres et de liens ». 

Leur disparition aurait un impact conséquent dans tout l’Antarctique. © Pixabay.PublicDomainPictures

Début avril, l'Organisation météorologique mondiale a mis en garde contre « des températures de plus en plus extrêmes, associées à des précipitations inhabituelles et à la fonte des glaces en Antarctique ». Une « tendance inquiétante », que fait remarquer Marcela Libertelli, car les couches de glace de l'Antarctique s'appauvrissent, au moins depuis 1999.

L'essor du tourisme et de la pêche en Antarctique a également mis en danger l'avenir de l'empereur en affectant le krill, l'une des principales sources de nourriture des manchots et d'autres espèces.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.