Rubrique
Actualités

Youjne, entre l'exil et l'inconnu

Qui pourrait aider Youjne ?

Par Mohamed Abdel Azim

« J’ai peur pour ma ville, pour Odessa et pour mon pays », explique Denis. Ce citoyen ukrainien a vécu au bord de la mer Noire, près d’Odessa. Il ressent une urgence de venir en aide à ses concitoyens, restés bloqués entre la mer et la menace d’une destruction imminente de la région d’Odessa.  

L’armée russe encercle Kiev, bloque Marioupol et semble se préparer à attaquer Odessa. Ce principal port ukrainien est un lieu stratégique. Les troupes de Vladimir Poutine mènent de violents combats et bombardent les abords des grandes villes. Au 17e jour de guerre, les combats terrestres font rage dans les abords de la capitale Kiev. A l’est de l’Ukraine, Odessa sera le dernier verrou sur la mer Noire et dont Poutine ne semble pas épargner cette cité portuaire. La prise de cette ville et sa région marquera l’achèvement d’un plan stratégique pour Moscou.

Sur la mer Noire, à environ 30 km à l’est d’Odessa, se trouve une ville de 40 000 habitants et dont le nom signifie « au sud ». Les Ukrainiens l’appellent Youjne. Mais les Russes prononcent le nom de cette ville Youjnoïe.   

Cette partie d'Ukraine est connue comme la perle de la mer Noire. Cette perle a été toujours une cible dans la ligne de mire du Kremlin. Les forces navales russes approuvent le besoin de la totale maitrise des ports et des eaux de la mer Noire, afin de sécuriser la profondeur stratégique de la Russie et garantir la circulation des sous-marins vers la Méditerranée.

Du point de vue économique, la région d’Odessa héberge le principal port du pays. Un endroit vital pour le commerce, puisque la ville est une importante porte d’accès sur le monde de la navigation maritime, spécialisé dans le transport du pétrole et des métaux ferreux. 100 % du pétrole importé par l’Ukraine arrive par cet endroit. Si l’armée russe met la main sur Odessa, elle aura la possibilité d’asphyxier le secteur énergétique de l’Ukraine.

Je suis l’Ukraine

« Contrairement à ce qu’on peut ressentir », explique Denis qui montre son optimisme, « l’Europe n’a pas abandonné le peuple ukrainien ». « Je recherche des solutions pour donner naissance à la possibilité de jumelage, entre ma ville d’origine, Youjne et ma ville d’accueil, Marcy l’étoile ». (…) « Je ne parle ni de l’OTAN, ni de la politique, mais d’une action humanitaire », précise Denis. « Je suis en contact avec des membres de la diaspora ukrainienne, avec qui nous comptons demander des soutiens et des actions concrètes. J’ai des amis à Toronto et à Los Angeles, qui procèdent de la même démarche que moi ».

La région d’Odessa est stratégique, car c’est l’un des principaux points de transit des exportations de céréales, notamment du maïs et de l’orge. 80 % des exportations de céréales ukrainiennes passent par Odessa. Denis, qui avance lentement sur les sentiers de la ville de Marcy l’étoile (Rhône) mentionne l’importance de sa région et exprime son désarroi. Avec ses mots, il livre ses inquiétudes. « Tout reste à faire », dit-il d’un ton attristé.

Youjne et Illytchyivsk sont deux ports importants dans la région d’Odessa. Ils sont respectivement connus pour la chimie, les métaux et trafics de conteneurs. En 2019, les trois ports de cette région ont accueilli 91,4 millions de tonnes de marchandises.

« Ma ville est limitrophe du port d’Odessa. Le port de ma ville est important », explique Denis. « Je connais des responsables sur place », explique cet homme de 42 ans, dont les yeux expriment la douleur de voir son payé tomber dans l’abime de la guerre. « Je ne fais pas de politique, car je me concentre à l’idée d’aider les habitants de Youjne ». Lorsque Denis parle des habitants de Youjne. A-t-il voulu me rappeler des effets des blocus, sans en avoir envie d’évoquer les catastrophes que ceci a pu provoquer dans le passé ? A-t-il voulu me rappeler les habitants de Massada, ceux d’Okinawa ou les habitants de Berlin ?

Depuis que la menace plane sur Odessa, et après la pandémie de la Covid 19, la population de la ville de Youjne se prépare à une mobilisation d’une ampleur sans précédent. « Ma ville a besoin de tout », explique Denis. « Je suis né en 1980, et terminé mes études à Odessa » ajoute Denis qui montre son enthousiasme en soulignant qu’il détient un passeport français et qu’il aimerait venir en aide aux habitants de Youjne et la région d’Odessa. « J’ai une idée, dit-il, mais je ne sais pas par quoi commencer ».    

Sur le chemin de l’exil

« Je pense à tous ceux qui prennent la route de l’exil », déplore Denis. « Je suis en France depuis 2004, après l’obtention de mon diplôme à l’école maritime d’Odessa ». Après 17 jours de combats, le nombre de réfugiés qui ont fui l’Ukraine, depuis l’invasion par l’armée russe, a dépassé les deux millions, selon le HCR (Haut-Commissariat aux réfugiés). Face à l’exode, l’Europe doit trouver des solutions à cette situation d’urgence. Malgré les sanctions européennes contre la Russie, Moscou durcit le ton. Vladimir Poutine met en garde les Occidentaux en assurant que ces sanctions se retourneront contre eux, voire sur l'ensemble de la planète. La Russie ne sera pas la seule victime de ces mesures.

La région d’Odessa est hautement symbolique pour la Russie, puisqu’elle a été, par le passé, la troisième ville de l’empire russe et son deuxième port stratégique. En 2014, Vladimir Poutine avait d’ailleurs affirmé qu’Odessa ne faisait historiquement pas partie de l’Ukraine, mais qu’elle appartenait à la Nouvelle Russie, appelée Novorossia, qu’il aurait aimé créer. Odessa est proche de la Transdniestrie, une région sécessionniste prorusse de la Moldavie.

Denis, qui évoque la difficile situation humanitaire pour sa ville, tente d’anticiper une pénurie de toute nature. En effet, Vladimir Poutine rappelle que les sanctions risquent également d'entraîner une inflation mondiale des prix de l'alimentation, notamment parce que la Russie ne pourra plus exporter suffisamment d'engrais. Pour le moment, en plus du volet gazier, l'Occident a peu anticipé cette éventualité, même si l'Union européenne assure qu’elle travaille à un plan de résilience pour aider les secteurs européens impactés par les sanctions qu'elle a prises à l'encontre du Kremlin.

Odessa compte par ailleurs une population de près d’un million d’habitants. Les russophones y sont majoritaires. Dans la foulée de l’ouverture du canal de Suez en 1869 et du développement du chemin de fer, la ville s’est peuplée au fil de l’installation successive d’immigrants de toutes origines (Grecs, Bulgares, Turcs et Moldaves).

Pour l’heure, Denis continue son travail dans un service de transport lyonnais. Il continue aussi d’être membre actif au sein du festival de la musique WoodsTower. Ce festival de la musique du rap et de l’électro, au bord du lac Miribel Jonage, ouvre ses bras à Denis pour exprimer ses talents. Cet artiste qui recherche à apporter son aide à sa ville natale en Ukraine, trouvera-t-il un coup de pouce de la part de la Mairie de Marcy et de ses habitants ? Seul l’avenir sera porteur d’éléments de réponses. L’auteur à une idée, mais ceci est une autre histoire.

Mohamed Abdel Azim, @EncrageMédia, mars 2022

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.