Rubrique
Actualités

Commémoration 11 novembre à Compiegne : « les mémoires de la 1ere guerre mondiale et l’entre deux guerres sont plus actuelles que jamais » Affirme Elisabeth Borne .

Difficile de parler de paix dans un monde qui semble à nouveau basculer vers le camps de la guerre . A Compiegne, la cheffe du gouvernement a tenté de relever ce défi .

Comme le veut la tradition républicaine , Elisabeth Borne s’est rendu à la clairière de Compiegne, pour la célébration de son premier 11 novembre en tant que première ministre. Deux ans plutôt , son prédécesseur , Jean Castex n’avait pu honoré ce rite  en raison de la crise sanitaire.

Ce déplacement s’inscrivait dans un double contexte .

Un contexte jubilaire car il était l’occasion de célébrer , le 100e anniversaire de la cette clairière  dite « de Rethondes » qui symbolise aux yeux du monde entier la fin des hostilités de la Grande Guerre, le terme de 4 années d’un conflit effroyable. En effet, c’est dans ces lieux que Le Maréchal Foch y recevait les allemands le 11 novembre à 2h15, qui acceptaient de signer l’armistice à 5h15. L’accord prend effet « le 11ème jour du XIème mois à 11 heures précises ».

Pour marquer les festivités, les autorités ont décidé de mettre en avant les « soldats du feu ». 9000 sapeurs pompiers sont morts durant la grande guerre (1914-1918). La cheffe du gouvernement a réaffirmé la reconnaissance éternelle de la nation envers les pompiers et l’armée dans son ensemble.

Ces célébrations s’inscrivent également dans un contexte de guerre et de montée d’idées souverainistes. Consciente de ces enjeux , la première ministre n’a pas fait économie de ses mots pour s’adresser à l’extrême-droite. « Méfions nous de ceux pour qui la division est une méthode et le repli sur soi , un idéal » , lance bravache ,Élisabeth Borne . 

Dans ces moments de crise , la cheffe du gouvernement a de nouveau appelé à l’unité de la nation . « Les  mémoires des guerres précédentes montrent que les pays ne peuvent se reconstruire que dans le dialogue et l’unité nationale ».

Son hôte du jour , le maire LR de Compiegne , Philippe Marini a quant à lui mis en avant un peu plus tôt  la préservation de l’identité française et européenne . « Une nation doit être dotée de cette identité forte. Plus forte est cette identité , plus une nation est prête à accepter, à englober la différence » .  Deux discours verticalement opposés pour une commémoration qui se voulait  républicaine , signe que l’armistice est bien derrière nous.

 

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.