Rubrique
Point de vue

Elisabeth Borne : Le choix de la continuité et de la loyauté pour Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a mis fin ce lundi à ce secret de polichinelle qui aura tenu en haleine pendant plus de trois semaines les différentes rédactions . C’est bien Elisabeth Borne qui succédera à Jean Castex. Alors qu’on s’attendait à une personnalité distincte des différents noms cités dans les médias , le président de la république a décidé de mettre de côté sa politique de rupture pour ce second mandat en faisant le choix de la continuité.

Emmanuel Macron souhaite aller vite . Il avait besoin d’une personne habituée du système gouvernemental et correspondant aux trois critères de sélection qu’il avait évoqué à Cergy (écologiste , social et productif ).

Qui de mieux qu’Elisabeth Borne ? Ministre depuis cinq ans , habitué des sphères du pouvoirs ( conseillère de Lionel Jospin et directrice de cabinet de Ségolène Royale au ministère de la transition écologique ) , la nouvelle première ministre n’aura pas de grande difficulté d’acclimatation à sa nouvelle fonction.  

Planification écologique, politique sociale et productivité sont des thèmes qui lui sont également à porté de main au régard de son parcours gouvernemental ces cinq dernières années ( ministère du travail, de la transition écologique, des transports) . Sa présence discontinue au sein des derniers gouvernements du premier mandat d’Emmanuel Macron confirme l’angle de la continuité voulue par ce dernier .

Au delà de la continuité, Elisabeth Borne représente aussi un choix de loyauté. Adrien Quatenens de la France insoumise la présentait ce matin sur Franceinfo comme « l’élève la plus zélée de la Macronie » . Le mot semble inapproprié car Elisabeth Borne au sein des derniers gouvernements présentait plutôt une figure de technocrate , d’exécutante , que de politicienne . Elle est restée loyale au président de la république sans pour autant être zélée , ce qui lui a valu peut être l’admiration du deuxième cerveau du président Macron , le secrétaire général de l’Élysée, le très discret Alexis Kholer .

En faisant le choix d’une technocrate a défaut d’un politicien rodé, Emmanuel Macron se dédit déjà de sa nouvelle méthode de gouvernance. Le président de la république se positionne clairement en chef de gouvernement et chef de la majorité, les coups des oppositions c’est bien lui qui les encaissera .

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.